logo |
logo |
|
Ouvert tous les jours de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h
°C
|
| |

Rencontre avec le président des Conviviales de Nannay

Pourquoi un tel attachement à Nannay ?

 

Je suis né à Nannay et j’habite aujourd’hui la maison de mon enfance. J’ai travaillé 31 ans à Paris, mais je revenais régulièrement, les week-ends et pour les vacances. Nannay c’est un attachement personnel, toute ma famille est dans le coin, les amis aussi. J’aime ce territoire géographiquement parlant ! Il y a un relationnel avec les habitants que je n’ai jamais retrouvé ailleurs.

Il y a toujours un lien avec les autres, des gens qui reviennent. Quand j’étais enfant, il y avait les vacanciers, qui étaient propriétaires d’une résidence secondaire dans le coin, ils passaient 2 mois et demi ici. On a noué des liens, c’est important la famille, les copains de vacances, il y a du lien entre les familles. Nannay provoque un vrai attachement, on y revient, bien souvent pour la retraite !

Pourquoi le cinéma ? Pourquoi les Conviviales ?

 

Le virus du cinéma m’a été transmis grâce aux enseignants du collège et du lycée, via les cinés club qui permettaient de découvrir des films qu’on n’aurait pas vu sans cela. A 18 ans, le cinéma de La Charité était fermé. Du coup, avec les copains ont a eu l’idée de faire un ciné club à Nannay comme celui du lycée. Mon père était alors maire du village. Il nous a laissé exposer ce projet au conseil municipal. Nous avons obtenu un « on veut bien mais sans trop de contraintes pour la commune ! » et la mise à disposition d’une ancienne salle de l’école. En lien avec les réseaux de diffusion cinématographique et pour notre toute 1ère soirée fin 1972, nous avons projeté avec Le Triporteur de Jacques Pinoteau.

150 personnes sur des chaises en bois !

 

Face à ce succès, nous avons continué, à raison d’une séance par mois. Progressivement, les lieux ont été transformés pour devenir une vraie salle de cinéma. La salle n’a jamais changé depuis ses débuts, en revanche, elle a bien évolué. En 1991, on se lie avec les films Panoramic pour les diffusions.

Cinéma d’art et d’essai

 

Ce passé du ciné club avec des films « qui font réfléchir », dits « d’art et d’essai », fonctionne bien, avec un public non négligeable. Si on a réussi quelque chose c’est de donner aux gens le goût d’être curieux, de susciter l’intérêt pour des films moins connus.

Quant à l’aventure des Conviviales, elle démarre beaucoup plus tard, en 2000. Un moment important qui fait basculer les choses, avec le projet de Jean Bojko. En 2000, la commune de Nannay participait à 32 + 32 = 2000, opération qui consistait à marier les communes volontaires à un artiste. Une expérience riche qui ne pouvait en rester là. Il fut décidé de continuer sur ce chemin de créativité et d’échanges festifs. Un projet départemental où sur chacun des 32 cantons de l’époque, une commune s’associe à un artiste pour faire un projet culturel. Ici ce sera à Nannay avec le sculpteur François Davin (à l’origine du Vent des forêts dans la Meuse qui rencontre un fort succès aujourd’hui après avoir été tant décrié puisque mettant de l’art contemporain en forêt). François Davin = spécialiste du Land Art, sculptures dans la Nature, et invite les personnes locales à l’aider dans sa création.

Mariage d’une commune à un artiste

 

Dès 2000, on a appelé cela « Les Conviviales » qui est le mot important du travail qui a été réalisé, le trait d’union entre ce mélange de la population et mélange des âges. Contre toute attente, dès 2000, ça a tout de suite bien marché, avec 800 spectateurs.

Jean Bojko nous dit, il faut continuer sur la lancée. Donc on s’interroge sur ce qu’on a : un cinéma, en milieu rural, un bon dynamisme sur un projet culturel et artistique, le tout sans argent, mais avec beaucoup de bonne volonté ! La 2è année, on a mis tout cela ensemble et on a eu 1 400 spectateurs ! Cette montée en puissance a conduit à la naissance de l’association « Ni vu, ni connu » en 2003, pour défendre le festival, les projets, les dossiers…

Aujourd’hui, le festival attire 4 000 spectateurs par an et le cinéma 5000 personnes. Le dynamisme est toujours bon, les chiffres montent toujours d’année en année.

Le festival a été en partie alimenté par le cinéma. Des gens venaient pour le cinéma et se disent « tient il faudrait que je fréquente le festival ». Maintenant, l’un alimente l’autre. Les gens du festival fréquentent le cinéma, les gens du cinéma fréquentent le festival. Il y a une auto-alimentation réciproque des 2 entités.

Les Conviviales de Nannay aujourd’hui

 

Aujourd’hui les conviviales se sont :

    • des artistes invités en résidence,
    • une quarantaine de films projetés, souvent en présence des réalisateurs ou des intervenants (dans la mesure du possible),
    • le film des habitants
    • le concours de scénario,
    • les animations musicales, culturelles…
    • et toujours la Convivialité !

 

Citons un cliché, l’art contemporain ne va pas trop à la campagne, alors pas trop difficile d’installer des œuvres dans le village ?

 

C’était une crainte au début des Conviviales, ce mariage de l’art contemporain à la campagne. Mais rapidement, comme on n’a pas trop d’hébergement, on a eu l’idée que les artistes et réalisateurs soient hébergés chez les habitants. Ce qui a permis de familiariser les 2 publics l’un à l’autre, et notamment de permettre aux habitants de se rendre compte que les artistes sont des gens comme eux. Le dialogue est alors possible, les artistes expliquent ce qu’ils font, leur projet, où ils veulent aller et l’œuvre est ensuite mieux comprise, admirée.

Après ce sont les habitants eux même qui en parlent ! Les nantiniens assistent à la création des œuvres, et voient cette œuvre de part leur discussion avec l’artiste, cela permet une belle ouverture d’esprit. Malgré tout, même après 20 ans, certains restent toujours effrayés.

Nannay

Des projets participatifs, des habitants fiers

 

Sur beaucoup de projets, on essaye de faire participer les habitants. Du coup, ils ont à cœur à montrer à leur famille, à leurs amis ce à quoi ils ont contribué. Ils se sentent impliqués dans l’affaire !

Il y a une bonne représentation des habitants du village aux Conviviales, certains restent hostiles mais ils sont de moins en moins nombreux ! L’importance du monde associatif a fait son œuvre à Nannay. C’est parce qu’il y a une association ancienne, qui a mis en place des actions qui ont pu concerner tout le monde que le vivre ensemble s’est constitué.

Le célèbre Baratou

 

Dernier né de ces actions : le Baratou, un bar associatif qui ouvre tous les jeudis après-midi à la salle des fêtes, souvent avec un prétexte (conférence, atelier créatif, jeux…) mais pas toujours ! Depuis 3 ans, les gens ont pris l’habitude de s’y retrouver pour discuter, jouer, échanger…

Baratou

Aujourd’hui, la notoriété, le festival et le cinéma aident à l’installation de nouveaux habitants sur la commune. Je crois que le renouveau des villages passera par le vivre ensemble et le fait de développer ensemble des choses.

Les Conviviales fêtent leur 20 ans en 2020, quelle est leur plus grande réussite ? Quel serait son principal défi des 20 prochaines années ?*

 

La plus grande réussite des Conviviales est d’avoir réussi à être là où le festival en est aujourd’hui. C’est fabuleux de partir de rien, avec peu de moyens, dans un petit village et de voir ce qu’on arrive à faire grâce à la mobilisation des bénévoles. On montre qu’on peut faire des choses ensemble, avec peu de moyens si on s’en donne la peine. Du coup, le défi serait de faire perdurer cet état d’esprit, de réussir à se renouveler pour continuer.

En 20 ans, nous avons accueillis 350 réalisateurs et intervenants, 45 artistes, l’équipe est d’une bonne trentaine de personnes. La célébration des 20 ans les mettra tous en avant, ceux qui ont fait les 20 premières années des Conviviales, sous forme de clip vidéo ou de photos avec ceux qui le voudront.

*L’interview a été réalisée début 2020, les Conviviales de Nannay fêteront leurs 20 ans en 2021.

2021 – les 20 ans, enfin !

Les Conviviales de Nannay seront de retour du 13 au 15 août hors les bois puis du 21 au 28 août à Nannay.

 

A l’heure où nous publions cet article, la programmation n’est pas encore connue. Nous mettrons cet article à jour au plus vite !

 

Étiquettes :

© 2019 Office de tourisme La Charité-sur-Loire, Bertranges, Val de Nièvres

Mentions légales
Logo de l'office de tourismeLogo des BertrangesLogo de Nièvre Tourisme Logo Je suis la NièvreLogo Designed by Bourgogne